La consommation de fruits et légumes est inversement associée au stress perçu tout au long de la vie adulte

juin 05, 2021
Sébastien Bouley

De mauvaises habitudes nutritionnelles sont liées à un stress perçu plus élevé, mais la relation entre la consommation de fruits et légumes (FV) et le stress est incertaine. Le principal objectif de cette étude transversale était d’explorer la relation entre la consommation de FV et le stress perçu dans une cohorte de population d’hommes et de femmes âgés de 25 ans et plus issus de l’étude australienne sur le diabète, l’obésité et le mode de vie (AusDiab). Un objectif secondaire était d’étudier la relation entre les caroténoïdes sériques, les biomarqueurs de l’apport en FV et le stress perçu. Chez les hommes et les femmes australiens, l’apport alimentaire a été évalué à l’aide d’un questionnaire sur la fréquence alimentaire en 1999-2000 (n = 8689). Le stress perçu a été évalué à l’aide d’un questionnaire sur le stress perçu validé [valeurs de l’indice PSQ allant de 0 (le plus faible) à 1 (le plus élevé)]. Les caroténoïdes sériques ont été mesurés dans un sous-ensemble de participants (n = 1187) en utilisant la chromatographie liquide haute performance. Une régression linéaire et logistique ajustée à plusieurs variables a été effectuée pour étudier les associations entre la consommation de FV et le stress perçu.L’âge moyen des participants était de 47,4 (ET 14,1) ans (49,8% de femmes). Les participants avec les apports les plus élevés de FV avaient des valeurs d’indice PSQ 10% plus faibles que ceux avec les apports les plus faibles [Q4: 0,27 ± 0,004 vs Q1: 0,30 ± 0,004 (moyenne ± SE), p = 0,004]. Des associations similaires ont été trouvées pour les fruits et légumes, analysés séparément. Dans les analyses de sous-groupes, un apport plus élevé de FV était associé à un stress perçu plus faible chez les adultes d’âge moyen [≥45- <65 ans (p = 0,004)], mais pas chez les participants plus jeunes (<45 ans) et plus âgés (≥65 ans) . Un apport plus élevé de FV était également associé de manière significative à un stress perçu plus faible chez les hommes (p = 0,009) et les femmes (p = 0,012), séparément. Les taux sériques de caroténoïdes étaient inversement associés au stress perçu avant, mais pas après ajustement en fonction de l’âge et d’autres facteurs de confusion. Chez les adultes australiens, un apport plus élevé en FV était associé à un stress perçu plus faible, en particulier chez les adultes d’âge moyen. Ces résultats appuient les recommandations actuelles selon lesquelles les fruits et légumes sont essentiels à la santé et au bien-être.

L’année 2021 est l’année internationale des fruits et légumes d’après la FAO.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter

Si vous souhaitez promouvoir une alimentation saine et durable auprès de votre personnel, Orchidali peut vous accompagner dans l’organisation d’ateliers et de programme de sensibilisation à l’alimentation saine et durable pouvant s’inscrire dans le cadre RSE de votre entreprise.