En France, 1 enfant sur 2 est en dessous des recommandations d’apport en calcium

mai 03, 2019
Sébastien Bouley

Le CRÉDOC a évalué la consommation individuelle de produits laitiers et les apports en calcium chez les enfants vivants en France, âgés de 3 à 10 ans entre 2010 et 2016. Les résultats montrent que leurs besoins calciques sont de moins en moins bien couverts depuis 2010 surtout chez les enfants de 6 à 10 ans. En effet, 40 % des enfants de 6 à 10 ans sont en dessous des besoins nutritionnels moyens (BNM) contre 20% pour les 3 à 5 ans. Cela s’explique par une baisse de la consommation de produits laitiers, en particulier de lait au petit déjeuner, mais aussi de yaourts et de fromage en fin de repas.

Le rapport met également en évidence que les régimes alimentaires des enfants se dégradent à partir de 6 ans, avec une consommation accrue de produits transformés et de produits sucrés et une alimentation de moins en moins diversifiée.

Il se distingue 4 groupes d’enfants de 6 à 10 suivant leurs régimes alimentaires :

  • les “petits mangeurs” (39% des enfants) : Ils consomment moins de tous les produits alimentaires d’une part et ont une diversité alimentaire moindre.
  • les “amateurs de variété” (23% des enfants) : La diversité de leur alimentation est plus grande. Pour autant, la densité calorique de leur alimentation est plus faible car ils choisissent moins souvent les aliments les plus riches. Les « amateurs de variété » couvrent plutôt bien leurs besoins en calcium. Ils mangent plus de fromage, produit qui est le plus important contributeur aux apports en calcium, et consomment aussi une bonne diversité de produits laitiers.
  • les “habitués du tout prêt” (22% des enfants) : La diversité de leur alimentation est la plus faible : ils consomment plus de sandwichs (+55 %), de pizzas-quiches (+45 %) et de plats composés (+30 %) que la moyenne. Leurs apports en calcium sont supérieurs à la moyenne et ils sont les plus nombreux à couvrir ce besoin grâce à leur forte consommation de lait et céréales au petit-déjeuner.
  • les “palais sucrés” (16% des enfants) : La diversité de leur alimentation est significativement supérieure à celles des « petits mangeurs » et des « habitués du tout prêt », mais sur des types d’aliments qu’il n’est pas recommandé d’encourager tels que les biscuits salés, les pâtisseries, les boissons sucrées… Ils sont 45 % à ne pas couvrir leurs besoins en calcium.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter l’étude complète sur ce lien.

Orchidali vous propose de mener des revues et analyses de la littérature scientifique.