La malnutrition dans le monde : projection des comportements alimentaires jusqu’en 2100 et impacts sur la sécurité alimentaire, la santé publique et l’environnement

janv. 08, 2021
Sébastien Bouley

La transition nutritionnelle transforme les systèmes alimentaires à l’échelle mondiale et façonne la santé publique et les changements environnementaux. Une récente étude allemande fournit une évaluation prospective globale d’une transition nutritionnelle continue et de ses symptômes interdépendants en ce qui concerne la consommation alimentaire. Ces symptômes vont d’une alimentation insuffisante et déséquilibrée à l’obésité, au gaspillage alimentaire et à la pression environnementale. Les régimes alimentaires évoluent dans le monde entier, mais pas de manière synchrone, des régimes rares à base de plantes avec des aliments frais et non transformés à des régimes riches en sucre, en graisses et en aliments d’origine animale, contenant des produits alimentaires hautement transformés.

  • La dénutrition diminue en termes relatifs mais stagne en chiffres absolus

Les projections de l’étude soulignent que les efforts actuels de lutte contre la sous-nutrition ne parviendront pas à atteindre l’Objectif de Développement Durable visant à éliminer la faim (ODD2) d’ici 2030 car l’insuffisance pondérale reste un problème persistant affectant plusieurs centaines de millions de personnes. La prévalence de l’insuffisance pondérale dans un scénario intermédiaire ne diminue que de 744 millions en 2010 (11%) à 528 millions (6%) et à 394 millions (4%) d’ici 2100.

  • L’épidémie d’obésité progresse
Alors que la dénutrition commence à peine à baisser dans les pays à revenu intermédiaire, le surpoids et l’obésité commencent à se propager. Dans notre scénario intermédiaire, le surpoids et l’obésité passent de 1993 millions (29%) en 2010 à 4135 millions (45%) en 2050 et 5018 millions (56%) en 2100.
De même, le nombre d’obèses passe de 636 millions (9%) en 2010 à 1493 millions (16%) en 2050 et 2052 millions (23%) en 2100. Alors que seulement 1% des enfants étaient obèses en 1965, l’obésité atteignait 6% en 2010 et pourrait encore augmenter à 9% en 2050 et 13% en 2100, enfreignant à nouveau les objectifs de l’ODD2 visant à mettre fin à toutes les formes de malnutrition. Chez les enfants, le surpoids et l’obésité sont plus élevés chez les hommes que chez les femmes. Chez les adultes, le surpoids est plus répandu chez les hommes en âge de travailler, mais l’obésité est similaire chez les hommes et les femmes et est plus élevée chez les femmes de 60 ans et plus. En l’absence de changement de comportement, nos résultats montrent un avenir caractérisé par un surpoids et une obésité de magnitude pandémique. Cette future voie s’oppose à la cible de l’ODD2 visant à mettre fin à toutes les formes de malnutrition et fait peser un lourd fardeau sur la santé publique. Aux États-Unis seulement, les coûts du diabète diagnostiqué sont estimés à 327 milliards de dollars US en 2017.

L’adoption d’une alimentation plus saine pourrait éviter chaque année 11 à 12 millions de décès prématurés chez les adultes. La demande alimentaire mondiale est façonnée par cette transition nutritionnelle, mais aussi par la croissance démographique, l’évolution de la structure démographique, la baisse des niveaux d’activité physique et l’augmentation du gaspillage alimentaire des ménages. Cette demande croissante de produits alimentaires est le principal moteur de la production agricole et donc aussi la principale interface entre la société humaine et l’environnement. L’agriculture couvre un tiers de la superficie terrestre mondiale et est responsable de 70% de l’utilisation anthropique de l’eau bleue. Le système alimentaire est responsable de 21 à 37% des émissions anthropiques de gaz à effet de serre. L’agriculture a également augmenté les rejets polluants de nutriments dans l’environnement, étant le principal moteur du quintuple du surplus d’azote sur les systèmes terrestres par rapport à l’époque préindustrielle. Enfin, l’agriculture contribue fortement à la pollution de l’air et de l’eau, à la dégradation des sols, aux résistances aux antibiotiques, aux nouveaux agents pathogènes, ainsi qu’à la perte de biodiversité.

La dénutrition, la surnutrition et la pollution de l’environnement liée aux aliments coexistent dans toutes les régions du monde. La Commission Lancet sur la «Syndémie mondiale de l’obésité, de la sous-alimentation et du changement climatique» souligne que cette synergie de trois épidémies représente le principal défi sanitaire du XXIe siècle, et exhorte la communauté scientifique à développer des études de modélisation pour fournir des preuves.